Back to top

Bitume ou Béton ? ou le difficile chemin du développement durable

Les Verts de Mérignac réagissent à la publication de la droite !

Les récents propos de l’opposition de droite de Mérignac appellent plusieurs remarques :

Nous sommes très étonnés de la position de la droite Mérignacaise qui reproche de ne pas avoir été associé à l’élaboration du PLU.
En effet jamais lors des réunions de quartiers ou des réunions spécifiques sur le PLU ou bien encore lors du Conseil de CUB spécifique au PLU qui s’est tenu en Juillet 2004, jamais elle n’est intervenue pour faire des propositions. Mr MILLET conseiller communautaire n’a jamais fait d’intervention, aucune contribution écrite alors que le PLU est compétence communautaire. Une fois de plus il n’a pas défendu les intérêts de Mérignac. La vision urbanistique de la droite s’arrête à l’horizon de la pensée de Mr Gonzalez dont la principale obsession et les seules propositions sont des places de parkings pour voiture.

Nous souhaitons répondre point par point :

Sur l’augmentation de la population, aujourd’hui la crise du logement est une véritable menace pour l’environnement sur des communes comme Mérignac ou Pessac par exemple mais également une menace sociale face à l’exclusion que provoque la spéculation foncière. En effet l’espace disponible amène une pression sur le foncier non bâtit très importante et exclu de faite de l’accession à la propriété les ménages à revenus modestes. La moindre parcelle est convoitée. Le PLU est une tentative de réponse à la problématique de l’étalement urbain, cependant si la ville de Mérignac s’est montrée très déterminée sur le PLU avec notamment une projet de développement durable ambitieux, il n’en reste pas moins que le PLU est un projet communautaire qui a ses limites et qui pour l’heure actuelle ne propose pas toujours dans sa version actuelle la possibilité d’empêcher un certain nombre de projets fâcheux, pour lesquels les élus Verts se sont opposés et ont demandé un sursis à statuer comme le projet de construction d’un lotissement rue Jean XXIII à Mérignac proposé par le promoteur EUROBAT ou comme Aquidec à ST MEDARD ou la Plantation à Villenave.
C’est pourquoi, les Verts se sont abstenus en première lecture au projet proposé par la CUB mais ont soutenu le projet présenté par la ville de Mérignac en conseil municipal.

Sur la coulée Verte : Lors de l’approbation du SCOTT, document directeur, Mr Millet a approuvé cette partie vouée à l’urbanisation, voici un double langage fréquent qui vise à voter des documents et a prôner une démarche inverse.
Les Verts proposent un projet ambitieux pour protégé la coulée verte, notamment en développant des activités agricoles ou des jardins de fin de semaine. Ce projet pourrait être cohérent avec celui de la ville de Pessac sur le Bourgailh. Quelles sont les propositions de la Droite ?

Sur le bétonnage : La ville a pris le parti courageux de proposer à l’enquête publique la protection de plus de 500 hectares. Quelle aurait été la réaction de la droite si aucune mesure n’aurait été envisagée ? L’enquête publique permet à chaque citoyen de prendre position.

Protection du patrimoine : La réduction du périmètre des secteurs sauvegardés autour des édifices historiques est une mesure administrative demandée par les bâtiments de France afin d’éviter l’allongement inutile des procédures de permis de construire, cette critique est une fois de plus de la mauvaise foi.

En matière de circulation et de trafic ; Les verts attendent les propositions de la Droite !
Nous proposons une politique de réduction de la place de la voiture en ville, cela passe par une réelle politique de transports en commun et de priorité aux circulations douces, ceci est du ressort de la CUB, et les Verts font régulièrement des propositions dans ce sens.
.
POUR UN URBANISME DE CONCERTATION
Le PLU, nouveau document d’urbanisme qui remplacera définitivement le POS en 2006 est un enjeu majeur pour notre agglomération, mais également pour notre commune. Cet outil orientera la politique de l’habitat et de production de logements, de construction, d’aménagement et d’environnement. Les VERTS souscrivent à l’objectif majeur d’arrêt de l’étalement urbain synonyme de transports longs et polluants. Ils soutiennent les orientations de la ville, notamment le doublement de la protection d’espaces naturels, agricole ou boisés (500 hectares) et la densification des zones centres à des fins de mixité sociale.

Il est utile de rappeler les enjeux de ce PLU, il sont de plusieurs ordres,

Mérignac est une ville attractive par sa politique de service à la population, par son poids économique, par sa situation géographique et par la qualité de certains quartiers ou d’un patrimoine boisés ou espace verts encore présent.
Mais le revers de la médaille, c’est une pression urbanistique très forte.

Ce PLU est plus qu’un simple document d’urbanisme, c’est un outil dynamique qui doit transcrire la vision que l’on veut de la ville d’ici 15 ans.
Les choix sont d’importances, l’arrivée du tramway modélisera la ville, il faut faire preuve d’anticipation. La complémentarité, piéton, vélo, tramway, train, sera la nouvelle façon de se déplacer très rapidement.

L’autre enjeu, est bien sûr la préservation du patrimoine végétal, des espaces boisés, mais plus que de la préservation, il est nécessaire de se lancer vers une reconquête à chaque fois que cela est possible.

LES PROPOSITIOSN DES ELUS VERTS FAITES AU CONSEIL MUNICIPAL

Si le PLU définit un certain nombre de règles et d’orientations, il ne se substitue pas à la volonté politique. Pour cela, les Verts de Mérignac proposent :

  Que le développement économique respecte les principes de développement durable, notamment le cadre de vie.

  Qu’un projet fort de protection de la coulée verte au SUD de la VDO soit défini en lien avec la CUB.

  Que les aménagements publics sur des opérations privées soient conditionnés dans la mesure du possible aux respects des objectifs de logements sociaux et de qualité du bâti.

  qu’une concertation préalable soit engagée à l’initiative de la ville, avec les riverains et le promoteur lors de toute demande de permis de construire supérieure à 5 logements privatifs, collectifs ou individuels.

  que les opérations d’aménagements publics où la ville assure la maîtrise d’ouvrage prend en compte la démarche de protection de l’environnement HQE et les principes d’économies d’énergies afin de s’inscrire directement dans la lutte contre le changement climatique.