Back to top

Le tramway rejoint l'aéroport de Bordeaux Mérignac : inauguration, revue de presse

 
 
ITV vidéo France Bleue
 
A Bordeaux, le tramway desservira l’aéroport de Mérignac dès samedi 29 avril
La durée du trajet en tramway entre l’aéroport de Mérignac et le centre de Bordeaux devrait être d’environ trente-cinq minutes.
Par Christine Morice - c.morice@sudouest.fr
Publié le 28/04/2023 à 6h00
 
L’extension de la ligne A du tram sera inaugurée et mise en service ce samedi 29 avril. Un événement très attendu au sein de la métropole bordelaise après un chantier ouvert en 2019 et retardé par le Covid
« C’est une bonne chose pour l’image de Bordeaux ». « Enfin, ce n’est pas trop tôt ». Telles sont les réactions que l’on entend lorsque l’on interroge des habitants de la métropole bordelaise au sujet de l’arrivée du tramway jusqu’à l’aéroport de Bordeaux Mérignac. Cette connexion, véritable événement local, sera effective dès le samedi 29 avril. Après l’inauguration officielle, prévue dans la matinée, les premiers passagers pourront monter dès 12 heures dans l’une des rames de l’extension de la ligne A, en direction de la plateforme aéroportuaire.
Concrètement, ce prolongement de la ligne déjà existante prend la forme d’un tronçon d’un peu moins de cinq kilomètres comprenant cinq nouvelles stations : Mérignac Soleil, Chemin long, Cadéra-Issartier, Caroline-Aigle et Aéroport. L’embranchement a été aménagé à partir du carrefour des Quatre Chemins à Mérignac. 6 500 usagers sont attendus chaque jour sur cette voie unique – où les rames peuvent toutefois se croiser au niveau des stations – qui a nécessité la construction d’un nouvel ouvrage enjambant la rocade bordelaise. Le tout pour un coût de 95 millions d’euros HT à la charge de Bordeaux Métropole comprenant tous les aménagements, les pistes cyclables, les plantations d’arbres ou encore la construction d’un nouveau parc relais non loin de l’aéroport.
Une rame toutes les dix minutes
Le cadencement annoncé est d’une rame toutes les dix minutes. La durée du voyage entre l’aéroport et le centre de Bordeaux devrait tourner autour de trente-cinq minutes. Dans un premier temps, le trajet ne sera pas direct jusqu’à la gare Saint-Jean de Bordeaux. Il devrait l’être dès 2025.
 
 
Extension du tram A vers l’aéroport de Mérignac : c’est parti pour les essais
 
Deux rames de tramway ont circulé pour la première fois, ce mercredi 25 janvier, sur cette extension de près de cinq kilomètres de la ligne A du tramway, dont la mise en service est annoncée pour fin avril 2023
Le tramway dessert aussi une vaste zone d’activité économique et une grande zone commerciale
Pourquoi l’aéroport de Bordeaux n’a pas été desservi plus tôt par le tramway ? « Lorsque l’on a commencé à construire le tramway, au début des années 2000, le choix a été fait de le faire passer en priorité dans les zones les plus peuplées », répond Alain Anziani (PS), président de Bordeaux Métropole et maire de Mérignac. « À l’époque, la zone de l’aéroport n’était pas aussi dense et les gens se satisfaisaient des services rendus par les taxis et le réseau de bus. »
Une liaison qui permettra de relier le centre de Bordeaux à l’aéroport sans monter dans une voiture
L’élu socialiste présente aujourd’hui cette desserte en tramway comme « un événement historique, une liaison qui permettra de relier le centre de Bordeaux à l’aéroport sans monter dans une voiture ». Il précise aussi, que cette extension de la ligne A n’a pas été créée uniquement pour l’aéroport. « Elle dessert une zone d’activité économique et d’emploi très importante et une grande zone commerciale. » Cette dernière est d’ailleurs en pleine mutation et se transforme, grâce à l’arrivée du tramway, en un nouveau quartier, avec ses logements, une école en projet au niveau de Mérignac Soleil.
Si cette ligne est très attendue, c’est aussi en raison de la durée de ses travaux. Les premiers déplacements de réseaux ont eu lieu en 2019. Le chantier a été ralenti par la crise du Covid qui lui aurait fait perdre « environ dix-huit mois », selon Gérard Chausset, élu communautaire, sans compter des contraintes foncières ayant nécessité des expropriations.