Un tram train vers Ravezies

Tram-train vers Ravezies : l’idée séduit

Région ont une préférence pour cette option, via le pont Chaban-Delmas. Elle fermerait le circuit de la voie ferrée de ceinture.

La CUB réalise un terminus partiel au niveau de la gare de Cenon pour améliorer le cadencement du ramway.

Ce n'était ni le lieu ni le moment et donc Vincent Feltesse, excepté dans son propos liminaire, est venu à Cenon davantage dans la peau d'un président d'une communauté urbaine se souciant des transports du futur que d'un candidat aux élections municipales de Bordeaux. Personne n'est dupe cependant. Vendredi après-midi, il est venu parler aux élus cenonnais, en petit comité donc, de « l'énorme vide entre Cenon Pont-Rouge et Ravezies », qui empêche le...

Ce n'était ni le lieu ni le moment et donc Vincent Feltesse, excepté dans son propos liminaire, est venu à Cenon davantage dans la peau d'un président d'une communauté urbaine se souciant des transports du futur que d'un candidat aux élections municipales de Bordeaux. Personne n'est dupe cependant. Vendredi après-midi, il est venu parler aux élus cenonnais, en petit comité donc, de « l'énorme vide entre Cenon Pont-Rouge et Ravezies », qui empêche le bouclage circulaire de l'agglomération, en connexion avec la voie ferrée de ceinture.

La CUB s'en préoccupe déjà à travers le schéma directeur opérationnel des déplacements métropolitains (SDODM), qui définira les contours des déplacements à l'horizon 2025-2030. Pour le barreau manquant, l'idée semble déjà arrêtée de retenir un transport en commun en site propre (TCSP). Les Cenonnais s'en réjouiront à l'avance, mais cette hypothèse suscitera encore plus l'intérêt de ceux qui font le trajet de la presqu'île. Ils auraient tort de se priver de laisser leur voiture en gare d'Ambarès (La Gorp) et de Bassens.

Une réponse plus globale

Cet avantage rend le projet très séduisant. Le président Feltesse relève deux possibilités de déplacement entre Cenon Pont Rouge, son pôle multimodal et Ravezies, plus précisément allée de Boutaut. Bus à haut niveau de service ? Tram-train ? « La deuxième a plutôt ma préférence même si je ne mésestime pas les difficultés techniques », confie-t-il. Le coût de cette option, 80 millions d'euros, est le double de l'autre mais présente l'avantage de répondre plus globalement à la problématique de déplacement sur le territoire, en réalisant le chaînon manquant à la voie ferrée de ceinture.

Patrick Dufau de Lamothe, vice-président du Conseil régional, a indiqué que ce dernier « partage » ce projet. « Le renforcement du pôle multimodal est en un enjeu majeur pour la Région et la CUB », souligne-t-il.

Gérard Chausset, vice-président de la CUB, a indiqué que l'engin capable de rouler aussi bien sur les voies du tram que celles de Réseau ferré de France existe. Et les deux hommes n'ont pas caché qu'il faudra convaincre la SNCF de revoir sa copie sur les arrêts des TER. Une perspective que le maire cenonnais, Alain David, ne peut qu'apprécier vu « tout ce qu'elle génère à terme pour le développement économique de Cenon ». Et du secteur Pont Rouge en particulier.

 

 

Partager

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.