Back to top

Les maisons de retraite EHPAD le rééquilibrage en faveur du secteur associatif et public est une priorité

  • favoriser la création de maisons de retraite publiques ou associatives ;

  • accorder plus de places relevant de l’aide  sociale  aux séniors ayant de faibles ressources ;

  • privilégier les établissements à taille humaine ;

Pour aller plus loin nos réflexions sur le sujet. Il est très intéressant d'aborder le sujet des EHPAD tant il y a dire. Le rééquilibrage en faveur du secteur associatif non lucratif et public est une priorité en Gironde.
Il faudrait développer des EHPAD qui regroupent dans la même structure (VILLA PIA à Bordeaux) : un EHPAD, une crèche et un accueil de jour pour personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ou apparenté (démence), avec des associations au sein de la structure ce qui crée encore plus de vie autour des résidents.
Il y a beaucoup à faire autour de ce modèle car il est important de maintenir les personnes âgées dans un milieu "vivant".
En ce qui concerne la taille des établissements, c'est qu'il vaut mieux privilégier les établissements de petite taille cela permet de mieux prendre en charge les résidents et de préserver des conditions de travail correctes pour les salariés.
Il faut également promouvoir le travail en EHPAD notamment pour les emplois d'aide soignant.
Historiquement la Gironde était un des départements qui possédait le plus grand nombre de maison de retraite privé et de moins de 25 lits.
La mise en place de l'APA a impliqué des exigences au niveau des conditions d'accueil qui a fait progressivement disparaître les petites structures. Des grands groupes financiers ont rachetés les lits en vue de les transférer.
Le CG et l'ARS ont constaté le phénomène. Leurs champs d'action étant restreint les transferts ce sont fait.
Le CG habilite certains établissement afin d'accueillir les bénéficiaires de l'aide sociale. Le budget est fait en accord entre le CG et l'établissement qui doit rendre des comptes.
Dans les établissements non habilités, seul le budget dépendance est fait en accord avec le CG, malgré tout les conditions d'hygiène et de sécurité doivent être respectées.

Pour être un EHPAD une convention tripartite doit être signée entre l'état, le CG et l'établissement. Celle ci garantie le versement de la prise en charge de la dépendance et un droit de regard du CG et de l'état sur le fonctionnement de l'établissement, la prise en charge de la personne et la structure (sécurité, bien être). La prise en compte des normes d'isolation n'est pas regardé, ce qui est regardé c'est le plan, la taille des chambres et des toilettes, la circulation des personnes. Il faut que ce soit adapté à la personne âgée dépendante.
Se pose le problème du transfert des lits (Exemple de Langoiran à Villenave d'ornon), il est souvent difficile de l'interdire même si cela peut tout de même être fait. 
Reste aussi le floue de l'achat des chambres par des particuliers dans les établissements. Quel fonctionnement ? que peut faire la puissance public face à ce phénomène.
Nous proposons également

  • mutualiser le personnel d'aide à domicile des structures municipales, formation, suivi, soutien psy.
  • Exigence de formation des personnels d'entretien de les établissements (on ne fait pas le ménage de la même manière dans une cantine et une EHPAD)
  • Formation des personnes aidantes à domicile : soutien etc .....
  • Garanties données aux personnes âgées accueillantes des locataires chez elles en contre partie d'une aide (étudiants).

Il faut trouver des solutions pour garder les personnes à domicile le plus longtemps possibles (adaptation des habitats, cohabitation éventuelle, regroupement). Il faut permettre une différenciation des structures en fonction de leur taille. Se poser la question du bien fondé de la taille des structures.