Back to top

POLLUTION AU PERCHLORATE OU L’INDIFFERENCE AUX RISQUES ECOLOGIQUES : arrêté préfectoral, avis ANSES, suite revue de Presse en bas de page

Pollution industrielle : et si l’on anticipait pour moins polluer ?

Eau du robinet : Alerte au perchlorate... par gchausset

Suite à la conférence de presse qu’a tenu mardi matin, Europe Ecologie – Les Verts, a été mis sur la place publique le dossier de la pollution au perchlorate d’ammonium d’une partie des ressources en eau de la CUB.

Mercredi matin, le Vice Président de la Communauté urbaine et son Délégataire, la Lyonnaise des Eaux, ont apporté un certain nombre d’informations, notamment que l’Etat fixerait à priori un seuil de tolérance de 15 microgrammes par litre et 4 pour les nourrissons. L’avis de l’ANSES vient de confirmer ce seuil de 15mcg/l pour les adultes mais conseille de ne pas utiliser d’eau « perchlorée » pour les nourrissons de moins de 6 mois.

Si la CUB a pris des mesures de précautions dès la connaissance de la pollution, il reste de nombreux problèmes soulevés par ce dossier :

 l’exposition de la population à ce polluant, pendant combien de temps ? à quel taux ? Quelles conséquences éventuelles ? Une étude épidémiologique sera nécessaire pour évaluer les conséquences réelles sur le plan sanitaire.
 La difficulté à dépolluer les différents sites de captage, sûrement plusieurs années, à un coût qui reste inconnu et dont la prise en charge doit être définie,
 Les suites judiciaires de ce dossier pour négligence…
 Le rôle de l’Etat et de ces services sensés contrôler ces installations classées appartenant à l’Etat,
 Le manque de transparence globale sur les activités militaires et aérospatiales mais aussi la difficulté à informer la population sur les problèmes de pollution que ce soit de la part de l’Etat, de l’Entreprise ou de la CUB.

Nous avons demandé au Préfet un diagnostic de l’ensemble de la zone, car il faut rappeler le nombre important d’industries polluantes implantées dans le secteur Ouest de l’agglomération. Cette demande a été réitérée lors de la Commission Locale de l’Eau du 21 juillet et les services de l’Etat se sont engagés à présenter un état des lieux avant la fin de l’année.
Nous demandons également au Préfet un contrôle de l’ensemble des sites utilisant des produits toxiques et ceci sans délai.

La pollution a aussi des conséquences écologiques sur la gestion des nappes profondes dans le cadre du SAGE du même nom. Au lieu de soulager les prélèvements dans ces nappes qu’il convient de gérer de façon précautionneuse, comme celle de l’Eocène, la CUB va devoir probablement solliciter ces nappes pour subvenir aux besoins en eau potable.
Cette eau d’une très grande pureté à l’état naturel risque d’être altérée pour un temps indéfini, compte-tenu de la situation actuelle.
Outre la problématique écologique, cette pollution pose également le problème des risques encourus et des conséquences pour les salariés qui ont manipulé ce produit pendant des années, mais avec quelles règles de prévention des risques ?

Ce dossier soulève des questions de société qu’EELV pointe régulièrement comme la question de l’indifférence aux risques écologiques, la difficulté par manque de culture à mettre en œuvre des principes de précaution et de prévention : Réparer c’est plus dangereux, plus coûteux que prévenir.