Back to top

La mascarade des Girondins

Après avoir perdu Dimanche 29 Décembre 1-4 face à  Caen, les Girondins ont été battus par Bastia sur une glissade. La défaite fait partie du sport, mais depuis plusieurs années on constate une succession de non match, le spectacle est affligeant, on s’ennuie avec les Girondins… !
Une fois de plus, c’est une crise larvée qui se profile. Certes on n’est pas à Marseille, c’est plus feutré. C’est le sport me direz-vous. Pour autant cette situation est l’occasion de réitérer mon coup de gueule du printemps 2014!
Comme à chaque fois, le Président Triaud, fait part de son incompréhension ou bien de sa sempiternelle colère voire de sa honte etc. Idem pour l’entraineur, qui s’interroge, ne comprend pas. Ah ces joueurs qui n’ont pas de mental… A chaque fois c’est pareil,  ils craquent. Cette fois-ci même les Ultras sont partis avant la fin…
Dans le football, on ne change pas une équipe qui perd. Il faudrait avoir deux équipes…Alors le plus souvent, on change d’entraineur. Ça crée un choc, dit psychologique et ça apporte un peu de nouveauté. Après Blanc, Tigana, Gillot, maintenant Sagnol ?
Depuis des années, les Girondins nous infligent un jeu ennuyeux, sans charme, sans punch. C’est vraiment ça qui pose problème. Les amateurs de football (dont je suis, vous l’aurez deviné) ne réclament pas des titres tous les ans ou des exploits à tous les matchs. Mais depuis « l’excellente » gestion du titre de 2009, la situation est souvent calamiteuse. Les Girondins brillent par leur inconstance. Les meilleurs joueurs partent au fur et à mesure qu’ils ont un peu de valeur sur le « marché ». On vend Trémoulinas en Ukraine et à peine 6 mois plus tard, coucou il revenait à Saint Etienne! Belle stratégie!
Le Grand Stade devait tout arranger. Même Alain Juppé s’en mêle ! Depuis son inauguration c’est un fiasco sportif avec un jeu lénifiant, un fiasco pour la fréquentation, nous avons le privilège d’avoir le plus beau stade vide, un fiasco sur le plan de l’accessibilité, puisque ce Grand Stade ne peut supporter de grande affluence sans provoquer la thrombose et au prix d’une forte mobilisation de moyens publics. Un fiasco moral avec le « naming » MATMUT Atlantique. Pourquoi alors avoir quitté Lescure pour se retrouver dans ce  triste bazar ! Sur le plan financier, tout ceci aura des conséquences, l’investissement réalisé par les Girondins deviendra vite une patate chaude dont il faudra se débarrasser. Bordeaux Métropole qui va hériter de cet équipement au nom de l’intérêt Métropolitain sera assurément à terme le dindon de la farce.
 « De quoi se mêle- t-il» ? Diront certains !
En quoi cela me regarde? Que les Girondins soient dans cette situation, c’est leur affaire, sauf qu’ en tant qu’élu d’une collectivité qui a injecté 25 millions d’ euros dans le Grand Stade (subvention plus adaptation du Tramway), qu’en plus la collectivité publique assume le transport quasi gratuit des spectateurs, il me semble évident que les Girondins ont des comptes à nous rendre. En dehors des interrogations légitimes qu’on peut avoir sur  ce sport devenu un spectacle qui perd la raison, mais aussi de la réelle valeur sportive d’un championnat (quand on  sait d’avance que le plus riche va le gagner), quelles garanties ont les amateurs de football de ne pas continuer à « s’emmerder » en regardant jouer les Girondins?
Alors à Bordeaux, qu’est ce qui se passe ? Pourquoi ça ne repart pas vraiment ? Je ne suis pas un spécialiste de la gestion sportive, sûrement que Monsieur Triaud étrillera cette tribune, mais il me semble qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond et ce n’est pas seulement au niveau des joueurs mais aussi au niveau du centre de décision des Girondins, c’est-à-dire le couple M6/Triaud.
Combien de temps cette mascarade va-t-elle durer? 
On a tout essayé, sauf une chose : si on mettait la direction sur la touche ? Osons une direction plus collégiale où les supporters seraient associés?
A l’heure où notre société a besoin de citoyenneté, il est temps que le football avec son réseau d’amateurs et de supporters soit enfin associé.
Gérard Chausset, Adjoint au Maire Président du Groupe EELV de Bordeaux Métropole.