Back to top

iatus ches Les Verts

Les élus écologistes girondins s’opposent sur un accord électoral signé avec le PS en novembre.
Laure Curvale et Pierre Hurmic, pas d’accord. © Photo
Si les écologistes n'étaient pas comme ça, on s'inquiéterait de leur santé : ce soir, à Talence, ils vont régler dans une assemblée générale imposée par une partie de leurs militants, un débat très vif à propos des prochaines élections départementales. Objet de la controverse : un accord signé en novembre dernier par certains de leurs responsables avec le Parti socialiste, pour la Gironde - et jusqu'ici tenu (presque) secret. L'accord a été validé par le comité politique régional d'EELV début décembre, mais il est contesté par des groupes locaux de l'agglomération bordelaise.
Le contenu en est assez simple : un « ticket » de deux titulaires PS-EELV est prévu dans les cantons de Bordeaux 3 (Caudéran), Créon, Le Bouscat, Pessac 2 et Portes du Médoc. Olivier Richard, Stéphane Saubusse, Anne-Laure Fabre-Nadler, Claire Layan et Laure Curvale sont sur les « tickets » prévus. L'accord prévoit aussi que le PS ne présente pas de candidat à La Teste, où EELV sera présent. Négociatrice de l'accord avec notamment le secrétaire régional Stéphane Saubusse, la Pessacaise Laure Curiale, secrétaire de la coordination de Gironde d'EELV, estime que le document est parfaitement valide. Même si une précédente consultation des groupes locaux ne lui a pas donné de majorité (à une voix près). « Mais il a été validé par le conseil politique régional sans aucune ambiguïté, à la double majorité. »
« Quel est le message ? »
Sauf que les militants - dont des personnalités comme le Mérignacais Gérard Chausset et le Bordelais Pierre Hurmic - jugent l'accord « très mauvais » dans la forme et le fond. « Le groupe local de Bordeaux a voté contre, à l'unanimité moins une voix. On n'a pas à nous l'imposer. L'accord a été signé par des apparatchiks sans mandat, la consultation des groupes locaux a été incorrecte », résume l'avocat bordelais qui n'est et ne sera « pas candidat », jure-t-il. « On sera avec le PS dans un canton et en concurrence avec lui dans le canton voisin. Quel est le message aux électeurs ? », ajoute Pierre Hurmic. À Bègles, le cosecrétaire Frédéric Meyrou est moins abrupt mais ça revient au même. « On n'est pas forcément contre un accord avec le PS, mais celui-ci est mal signé. Le groupe local n'est pas d'accord, le calendrier prévu n'a pas été respecté. »
Même l'intégration récente comme « suppléants » de candidats EELV à Bègles-Villenave, ou à Bordeaux-1, ne calme pas le jeu. Bref, le week-end s'annonce t mouvementé, puisqu'après l'assemblée générale d'aujourd'hui, le conseil régional d'EELV réexaminera la situation dimanche. « Je ne vois pas pourquoi il changerait d'avis », dit Laure Curvale. « Ils n'avaient qu'à y penser avant », riposte Pierre Hurmic.