Back to top

Clochemerle rue du Cap Roux

Il n'y aura pas de déploiement de casques bleus à la frontière de Mérignac et d'Eysines, même si la situation qui concerne les résidents de la rue du Cap Roux compile les ingrédients d'un conflit territorial profond.

Cette voie se termine par une raquette de retournement, un grand arrondi de bitume destiné à faire demi-tour. Au-delà commence Eysines. Il s'agit là d'une des pointes sud de la ville, enchâssée entre Mérignac et la rocade comme un couloir humanitaire, en fait un ancien terrain transformé par la magie du PLU en site capable d'accueillir des logements collectifs.

Modernes, ils ont fière allure de part et d'autre d'une bande de terre replantée d'herbe. D'un côté des bâtiments du promoteur Pichet, de l'autre des logements construits par des bailleurs sociaux. Au total, plusieurs dizaines de familles installées depuis quelques mois sur la commune d'Eysines.

Stationnement sauvage

Or toutes n'ont pas choisi de louer une place de parking. Elles préfèrent un stationnement improvisé sur le trottoir devant les résidences (voir photo), quitte à ignorer les règles de civisme et de circulation. D'autres ont choisi la raquette de retournement, côté Mérignac. À vol d'oiseau, la distance est équivalente, mais la seconde solution offre une meilleure proximité avec l'accès à la rocade par la sortie 9.

« Ces voitures n'ont rien à faire là, cet espace est dédié à la circulation et ne doit pas être encombré » explique Jean-Louis Belliard, secrétaire du Comité de défense des intérêts des quartiers Grand-Louis Laforêt. « Ce qu'on ne veut pas c'est que notre tranquillité soit troublée par ces véhicules et surtout que la bande de terrain se transforme en voie de circulation qui relie notre rue à Eysines. »

« Il n'y aura pas de jonction entre les deux voies » promet Daniel Dougados, premier adjoint de la mairie d'Eysines. Avant d'ajouter, sur le ton de la plaisanterie : « On est interdit de stationner à Mérignac quand on habite à Eysines ? La sortie de la rocade est sur le territoire d'Eysines, les Mérignacais ne veulent pas que l'on passe chez eux pour la rejoindre ? »

Un nouveau parking

Plus sérieusement, l'élu affirme que sa commune va réaliser « un parking de 60 places dans la rue Germain Tillon pour accueillir les véhicules des résidences ». « La sortie risque de se faire sur notre rue, s'étonne Jean-Louis Belliard, il faut qu'il y ait une barrière physique. » Pour le moment, une glissière en métal marque la frontière. « Elle a été ouverte pendant les travaux, des déménageurs ont emprunté le terrain, même des voitures. Elle a été scellée de nouveau il y a quelques jours seulement. » Dernière inquiétude, les résidents affirment qu'un géomètre venu prendre des mesures leur a déclarer préparer une voie d'accès. « Rumeur » répond-on du côté d'Eysines. À la mairie de Mérignac Gérard Chausset, chargé de l'urbanisme soutient ses concitoyens : « Nous ne sommes pas décideurs de l'urbanisme d'Eysines. Cette voie doit rester une impasse, il n'est pas question d'avoir une ouverture de la rue. » Insuffisant pour rassurer Jean-Louis Belliard. « On fait attention. Ça serait tellement plus simple s'il y avait un correspondant CUB par mairie », une sorte d'envoyé spécial, en quelque sorte, pour éviter les conflits.