VDO intervention en conseil de CUB

INTERVENTION DU 14/DECEMBRE 2001 EN CONSEIL DE COMMUNAUTE DE GERARD CHAUSSET CONSEILLER COMMUNAUTAIRE VERT, ADJOINT AU MAIRE DE MERIGNAC DELEGUE A L’ENVIRONNEMENT ET AUX TRANSPORTS

Monsieur le Président, Chers Collègues,

Le TA a annulé l’arrêté du 29/01/98 du Préfet déclarant d’utilité publique au bénéfice de la CUB les travaux de la VDOpour excès de pouvoir.

La délibération que vous nous proposez à pour objet de régulariser la procédure en demandant deux études d’impacts.

Nous ne pouvons qu’ approuver la démarche qui consiste à se mettre en règle avec les procédures en vigueurs.

Par la même vous souscrivez aux obligations de la loi.

Cependant il se pose un certain nombre de problèmes que nous sommes obligés ici de dénoncer.

Ainsi il semble que la CUB adopte en la matière un double langage, puisque d’un côté vous répondez aux exigences du TA et de l’autre en Bureau vous décidez de vous asseoir sur sa requête en décidant de poursuivre les travaux sur la VDO.

Quelque soit ce que l’ on pense du projet VDO, la reprise des travaux signifie que la CUB que vous présidez est en situation d’infraction.
L’unanimité du Bureau n’enlève rien à l’affaire, ce n’est pas parce que vous êtes numériquement majoritaire que avez juridiquement raison.
Je ne parle pas au plan politique où c’est quand même une drôle de conception de l’action publique qui sous prétexte que la décision juridique ne nous satisfait point qu’il faut se soustraire à sa décision.

Cette conception machiste de la politique est révélatrice d’une certaine forme d’action et de pensée de la CUB qui sévit depuis des années en matière d’aménagement.

Au delà du discours, ce double langage révèle également une soumission au tout auto à laquelle la CUB que vous présidez n’ a pas le courage d’infléchir ne serait ce que légèrement sa politique, vous voyez nous ne sommes pas exigeants.

Pour preuve, le projet de budget qui à l’outrecuidance de baisser de 4 millions de Francs les itinéraires cyclables d’intérêt communautaire. Cette mesquinerie budgétaire est proprement provocante de la part d’une institution qui par ailleurs se vante d’avoir un PDU qui fait la part belle aux circulations douces.

Est ce vraiment sur le vélo qu’il faille faire des économies à la CUB ?
N’y a t il pas d’autre message à faire passer aux citoyens actuellement et particulièrement aux jeunes que celui de ne pas respecter les décisions de justices et d’autre part de baisser les investissement sur le vélo.

Nous pensons que le piéton et le guidon ne peuvent pas rimer toujours dans la même chanson avec le béton et les camions.

C’est pourquoi Monsieur le Président chers collègues, nous nous abstiendrons sur cette délibération

Résultat, nous nous sommes jetés corps et âmes dans les bras du tout voiture, particulièrement la CUB qui sera la première agglomération de son rang en France à se doter d’une rocade complète et la dernière à se doter d’un TCSP.
L’asphyxie actuelle trouve là aisément son origine.
La voiture assure actuellement les deux tiers du nombre de déplacements sur la CUB, si la tendance actuelle suit sont cours, le nombre de km parcourus dans l’agglomération aura augmenté de 135% entre 1990 et 2010. Malgré une augmentation régulière de la capacité routière depuis 40 ans, la congestion ne fait qu’augmenter, tout cela est logique :

  la voiture élimine les autres modes de transport en occupant tout l’espace public et en favorisant un urbanisme distendu qui exclu les autres modes. La proportion de surface occupée par les logements, équipements, espaces verts diminue, les besoins en voirie, parkings et garages sont énormes.

  le taux d’occupation moyen des voitures est proche de 1,2 personnes

  sur un espace de 3 m de large, il peut passer par heure 1200 personnes en voiture, 9000 en bus, 17 000 en tram ou vélo et jusqu’à 50 000 en RER. Un place de parking en ouvrage occupe 24 m² avec les accès, la surface moyenne d’un logement à disposition d’un français n’est que de 32 m². La voiture occupe donc beaucoup d’espace

  la demande de transport est très élastique, élargir ou créer des routes génère de nouveaux déplacements en voiture, c’est sans fin : on ne peut résoudre les bouchons en augmentant la capacité des routes. Tout cela fait que la voiture est un mode de transport inefficace dès que beaucoup de gens se déplacent, donc dans nos agglomérations, la preuve, c’est que même au pays de la voiture (les US) il y a d’énormes congestions routières.

La VDO est typiquement issue de cette conception, d’ailleurs contrairement à ce qui est affirmé ici les cartes du début des années 80 montrent clairement le tracé centre ville aéroport.
Si des écologistes et des associatifs ne s’étaient pas mobilisés depuis plus de 10 ans, la VDO traverserait le BOIS DU BURK et une pénétrante urbaine traverserait déjà la réserve naturelle du TASTA.

Avons-nous eu tort de nous battre contre un système qui ne prend en compte l’environnement que sous la contrainte ? Je ne le pense pas.
Votre gouvernement est à l’origine d’une loi, la loi sur l’air qui a le mérite d’exister et de fixer des objectifs grâce au PDU. La pénétrante urbaine VDO va à l’encontre des principes édictés par la loi sur l’air, demandez au concepteur de ce type d’aménagement d’appliquer votre loi sur l’air.

Monsieur le Président, certains de vos proches veulent faire de l’écologie un thème de campagne afin qu’elle ne soit pas le monopole des Verts. Or l’écologie n’est pas que discours et traités internationaux. Son originalité est qu’elle se pense globalement mais qu’elle s’applique localement. Par exemple pour lutter contre l’effet de serre, les discours c’est bien, ne pas faire la VDO c’est mieux ! Vous allez là Monsieur le Président l’occasion de montrer votre inclinaison pour l’écologie, retirez de l’ordre du jour cette demande d’appel, arrêtez tous les travaux sur cet axe et demandez aux commissions transports, PDU et tramway, de réfléchir à une alternative qui tienne compte de nos connaissances actuelles sur l’état de la planète et en particulier sur celui de la CUB.

Décembre 2001

Partager