Le Conseil Municipal a validé le schéma de métropolisaiton :Tout sur la Métropole Le schéma de métropolisation a monopolisé les débats. Mais l’opposition est restée muette.

Tout sur la Métropole

Le schéma de métropolisation a monopolisé les débats. Mais l’opposition est restée muette.
Alain Anziani et Gérard Chausset se sont longuement exprimés. © Photo
Étienne Millien
Comme toutes les communes de la Métropole, Mérignac a pris le virage qui la mène vers la concrétisation de la métropolisation. Après une explication du principe et de la méthode retenue, celle d'une adhésion rapide et concrète au transfert de compétences et de personnel, Alain Anziani a rappelé ce qu'il répète sur le sujet depuis plusieurs mois: « La métropolisation est une chance pour la commune. » Selon le sénateur-maire, l'échelon métropolitain trace la voie de l'avenir de Mérignac pour les années à venir.
Le PCF Joël Girard estime que le schéma de métropolisation est loin du processus démocratique à laquelle devraient avoir droit les citoyens, une réflexion reprise plus tard par son alliée Claude Mélier qui regrette que le choix de rejoindre rapidement la Métropole n'ait pas donné lieu à plus de débat. Gérard Chausset (EELV) s'est quant à lui lancé dans un long survol du schéma, de ses aboutissements et de ses ramifications, notamment sur l'égalité ou l'inégalité qu'il risque d'induire pour les territoires ruraux. Son intervention « très complète », pour reprendre le terme d'Alain Anziani, s'est attardée sur le devenir des personnels qui rejoindront la nouvelle structure, a piqué l'état-major actuel et précédent en évoquant le rejet de responsabilité de certains élus vers la CUB et suggéré une élection des conseillers communautaires au scrutin universel.
Les écologistes ont néanmoins voté le dispositif là où les communistes se sont abstenus. Avant le vote, Alain Anziani a rappelé quelques données pragmatiques concernant le processus actuel. La décision de rejoindre la Métropole rapidement et de transférer des agents dans les mois à venir « est logique pour une ville comme la notre, qui est plus étendue qu'une commune de moins de 10 000 habitants ».
Silence à droite
Il a également admis que la transition coûterait de l'argent « avec une charge de 1 000 euros par agent transféré» tout en soulignant que « la mécanique allait entraîner à terme une baisse des charges de salaires ». De manière surprenante, aucun élu d'opposition, pourtant engagés dans la campagne des départementales, ne s'est exprimé, là où justement il est question d'articulation des pouvoirs entre les différents échelons du pouvoir local. Les élus de droite ont voté pour la métropolisation, l'élu Front national contre, sans prendre la peine d'expliquer sa position.
 

Partager

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.