La CUB veut décoincer la ROCADE

CONSEIL DE CUB DU 27 MAI 2011
Délibération N°71 : Amélioration des conditions de fonctionnement de la rocade et de ses principaux accès sur la CUB – Protocole et convention
Intervention Gérard Chausset


Comme vous le savez, le groupe EELV n’accueille pas favorablement l’extension du nombre de voies sur la rocade sur le principe. En effet, tout le monde connaît l’adage : « plus l’on élargit les tuyaux, plus le flux augmente ». Nous acceptons de voter pour cette délibération, à condition que l’objectif soit de réduire le trafic et non pas seulement de le fluidifier tel qu’il figurait dans le projet. Cette 3ème voie ne doit pas se transformer en une voie supplémentaire qui sera a nouveau saturée d’ici quelques années comme le mentionne l’étude d’impact.

Certes, nous saluons ce grand pas consistant à réserver cette 3ème voie au covoiturage, mais nous souhaitons faire des propositions complémentaires car cette action isolée ne serait pas suffisante pour infléchir le comportement des usagers.

Tout d’abord, cette voie qui doit être réservée aux usagers multi-occupants
(covoiturage, Autopartage, bus, taxi…), doit faire partie d’une gestion intégrée du covoiturage, depuis un service personnalisé d’accompagnement au covoiturage « clé en main » (incluant la garantie de retour, la recherche d’équipage…), jusqu’à la mise en place d’aires de covoiturage labellisées en collaboration avec le Conseil général.

Ensuite, ce dispositif doit s’accompagner d’un plan de communication conséquent, touchant les citoyens à différents moments de leur journée (sur le lieu de travail avec les PDE, à l’école, dans les équipements sportifs et culturels…). Les chiffres de l’étude ADEME nationale sur le sujet sont éloquents : sur 10 000 salariés, 1700 s’inscrivent en moyenne avec une communication soutenue, contre 300 avec peu d’effort de communication. Cet effort de communication devra être mené au-delà de la CUB, avec les communes limitrophes.

Enfin, nous proposons de réduire la largeur des voies de la rocade car cela induira une réduction de la vitesse, (le plus simple étant une limitation de vitesse) ce qui fera décroître la pollution atmosphérique et sonore, tout en augmentant la sécurité.
La suppression de l’éclairage sur la rocade fait aussi partie de nos propositions, car même si selon l’expérimentation réalisée sur 128km d’autoroute en Ile de France, la réduction de la vitesse n’est pas prouvée, celle de la facture énergétique l’est !

Partager